Archives militaires


Le fonds des registres militaires coté 1 R : modalités de consultation

Les répertoires alphabétiques ont été numérisés jusqu'en 1940. Les années 1859 à 1921 sont sur Internet, et les années 1922 à 1940 sont consultables en salle de lecture.

 

Les volumes de fiches ont été numérisés pour les classes 1859 à 1921. Les registres après 1921 sont consultables en salle de lecture.

Les bureaux de recrutement

Les soldats de la Nièvre étaient recrutés dans deux bureaux : Nevers et Cosne-sur-Loire.

 

En 1903, un troisième bureau dénommé Bourges-Cosne s’ajoute aux deux autres.

 

A partir de 1904, on a chaque année deux bureaux : l’un nommé Nevers et l’autre Nevers-Cosne.

Lacunes

Lorsque le soldat n’est pas trouvé du tout dans les répertoires alphabétiques, c’est qu’il aura été recruté dans un autre département. Il arrive aussi que le soldat figure dans le recrutement du Cher.

 

Soldats recrutés dans le département du Cher

Certains soldats nés dans des communes du Cher limitrophes de la Nièvre ont été recrutés dans la Nièvre, les circonscriptions militaires ne correspondant pas exactement aux limites départementales. On a plusieurs cas :

 

- La fiche du soldat recruté dans la Nièvre se trouve bien dans les registres de la Nièvre.

 

- La fiche a été rendue au département du Cher par l’administration militaire ; on peut y accéder à partir du site Internet des Archives du Cher.

 

- Il peut aussi arriver que certaines fiches aient disparu dans les divers transports.

Anomalies

On peut rencontrer plusieurs cas de figure. De manière non exhaustive :

 

- Le soldat né dans la Nièvre se trouve dans le répertoire alphabétique, mais avec un n° matricule qui dans le volume des fiches correspond à un autre soldat.

Exemple : Hyppolite Maillot a le numéro matricule 443 dans la classe 1908 (bureau de Nevers-Cosne) mais la fiche 443 correspond à Edmond Victor Petit.

En effet, des réattributions de matricules ont été faites après la guerre par l’administration militaire sans correction dans le répertoire alphabétique. Il peut arriver qu’on retrouve le soldat plus loin en consultant le ou les volumes fiche par fiche, avec un numéro matricule postérieur à celui figurant dans le répertoire alphabétique.

 

- Exceptionnellement, il se peut que la fiche du soldat se trouve dans un des volumes de sa classe alors que le soldat n’est pas dans le répertoire.

Exemple : Maurice Sellier de la classe 1915 (matricule 1147). Sa fiche est dans le volume 1 R 425 (bureau de Nevers), mais son nom ne figure pas dans les répertoires alphabétiques de 1913-1914-1915.

 

- Il peut arriver également qu’une fiche n’ait pas de numéro matricule : lorsque c’est le cas, elle figure en fin de volume.