7 - André Dupin, un notable nivernais
L’influence de Dupin dans la Nièvre s’étend à tous les domaines de la vie publique : politique, économie, assistance… Il sollicite ses relations parisiennes, notamment la sœur de Louis-Philippe Madame Adélaïde, afin d’obtenir des dons pour les communes qu’il soutient (Mhère, Gâcogne, Vauclaix), ou bien des nominations à des postes publics pour ses protégés. Avec ses frères, il fait des donations aux bureaux de bienfaisance de Clamecy ou Varzy. Dans le journal L’Association, Claude Tillier dénonce en 1840 cette position dominante : “M. Dupin est asphyxié d’encens nivernais par ses flatteurs”, “La gloire est comme une salade ; pour qu’elle soit bonne, il faut un peu de vinaigre”…

Dupin s’installe en 1817 au château de Raffigny, à Gâcogne, domaine apporté par son épouse. Même depuis Paris, il tient à surveiller de près les travaux de son fermier qu’il sermonne parfois dans ses lettres, lui rappelant ses obligations et les tâches à effectuer en fonction des saisons. Autour de Raffigny, Dupin agrandit progressivement ses propriétés dont la liste s’étend sur plusieurs pages de la matrice cadastrale de Gâcogne.

En souvenir de son épouse décédée trois ans auparavant, Dupin initie en 1858 la construction de la chapelle Notre-Dame du Morvan. Depuis Raffigny, il peut contempler cette chapelle située à Mhère, au sommet du mont du Banquet.